Composition synesthésique pour espaces et matériaux 

Le son s’entend, se voit et se ressent. Cependant, la composition musicale et les systèmes de diffusion se limitent souvent au champ évident de l’audible. L’équipe de Signal souhaite explorer d’autres canaux de diffusion, utiliser les matériaux et leurs résonances pour transmettre des émotions par les sensations haptiques ou visuelles ; faire apparaître du son sans enceinte, là où on ne l’attend pas, là où on ne l’entend pas. 

Par absence de terme, nous décidons d’employer celui de “Musique synesthésique”. La synesthésie (selon Larousse) est une “Expérience subjective dans laquelle des perceptions relevant d’une modalité sensorielle sont régulièrement accompagnées de sensations relevant d’une autre modalité, en l’absence de stimulation de cette dernière (par exemple audition colorée).” Dans notre cas ces expériences seront collectives, non pas induites par des mécanismes neurologiques mais par des stimuli trans-sensoriels. 

L’écriture commence par la manipulation d’un matière sonore captée dans des espaces naturels (field recording). Cette matière est éditée à l’aide de différents procédés induits par l’acousmatique et l’informatique musicale (échantillonnage, agencement, mixage spatialisation). 

Elle sera diffusée au travers de deux procédés distincts : en temps que signal audio, mais aussi interprétée sous forme de partition midi pilotant des mécanismes. Le signal audio sera diffusé par divers électro-aimants (haut parleurs aériens, solidiens) qui feront résonner des matériaux comme du bois, acier, liquides, ferrofluides et autres échantillons de gallium qui doivent permettre une interprétation haptique ou optique du son. En parallèle la partition midi permet de contrôler des instruments électromécaniques comme des percuteurs ou des vibreurs et des sources lumineuses. L’usage de procédés lumineux doit par réflexion, permettre d’amplifier les différentes animations de la matière pour les rendre visibles par le public. 

Si la partition est rigoureusement écrite, chaque lieu offre une adaptation scénographique qui a une incidence directe sur les matériaux mis en résonance ou en lumière (grilles, arbres, rochers, parquets…), rendant spécifique à chaque lieu le vocabulaire sonore. 

Bien que les contraintes écologiques restent à préciser et seront in fine incidentes dans le cadre d’une création utilisant les outils numériques, nous souhaitons dans la continuité d’ ONIRI 2070, veiller aux aspects de consommation énergétique, d’autonomie, aux déplacements de nos usages technologiques et aux modalités de tournées

Nous continuons d’observer la possibilité de rester sous les 1kWh et essayons par exemple de limiter notre usage des ordinateurs en live au Raspberry Pi (micro-ordinateurs sous linux, peu consommateurs de matière et d’énergie). 

DISTRIBUTION 

Direction artistique / Composition : Ezra 

Dispositifs lumineux : Alexandre Machefel 

Développement informatique : Coline Féral, Martin Hermant, Tom Magnier 

Accessibilité pour les publics sourds : Anne Chevalme / 1,2,3 Cité Cap

TEASER A VENIR BIENTOT

Pas d'événement actuellement programmé.